presentationequipeabonnementboutiquepubContact

CARROSSERIE > N°708 > MAI 2017 Carrosserie industrielle Essai > GRUAU ELECTRON II Solution électrique modulaire Prenez un Fiat Ducato, fourgon ou châssis_cabine. Otez le moteur et la boîte de vitesse pour y implanter une chaîne de traction 100 % électrique sans remettre en cause les capacités et la versatilité du modèle de base. C'est la gageure qu'ont réussis à relever les ingénieurs de chez Gruau pour donner naissance à l'Electron II. De salon en salon, le stand Gruau était l'occasion de voir de près l'Electron II, l'utilitaire 100 % électrique du carrossier_constructeur. Nous avons enfin pu prendre le volant. PRÉSERVER LES CAPACITÉS UTILITAIRES Préserver les caractéristiques du véhicule de base, le Fiat Ducato, a été une préoccupation permanente dans l'élaboration de l'Electron II. Il dispose ainsi des mêmes capacités d'emport, d'adaptation et de transformation qu'un Ducato « normal » grâce à l'implantation des batteries sous le châssis. La charge utile varie, selon la version et la carrosserie, entre 750 et plus de 1 000 kg, préservant ainsi le caractère utilitaire au véhicule. DE MULTIPLES POSSIBILITÉS Sur cette base électrique, il dispose de nombreuses variantes : fourgons tôlés ou vitrés, frigorifique, transport de personnes, benne, caisse grand volume, ambulance etc. « Gruau est un carrossier multi_spécialiste des utilitaires. Il était pour nous impensable de faire un véhicule qui ne puisse pas être carrossé en fonction du métier et des besoins précis des utilisateurs » explique Patrick Gruau, dirigeant du groupe éponyme. Cette versatilité est sans aucun doute l'un des atouts forts de l'Electron II. EQUIPEMENT COMPLET Dans l'habitacle, les seuls changements par rapport au Ducato sont le logo Gruau au centre du volant et un écran tactile implanté sur le côté gauche de la planche de bord. Il regroupe les principales informations du système de traction électrique : indication de mise sous tension du système, consommation instantanée (en Kw), niveau de charge de la batterie, niveau de consommation d'énergie ou de récupération d'énergie, modes de roulage, mise en route du chauffage additionnel (électrique en série ou diesel en option en complément de la climatisation d'origine)... Contact, mise en route. Aucun bruit, aucune vibration. Décidément, les véhicules électriques ont du bon. Le levier de vitesse d'origine sert à sélectionner la marche avant, la marche arrière, le mode parking (comme sur une boîte auto) ainsi que les trois modes de roulage : normal, éco et neige. Le second privilégie l'autonomie de la batterie via des accélérations plus douces et une récupération de l'énergie au freinage plus puissante (alors que le mode standard offre déjà un frein moteur et une récupération assez forte) et le troisième permet de rouler plus aisément sur chaussée glissante. Levier sur D, l'Electron II s'élance. AGRÉMENT ÉLEVÉ Le conducteur est rapidement en confiance. En mode normal, les accélérations sont franches, la récupération d'énergie tout autant, permettant rapidement de ne quasiment plus toucher aux freins que pour un arrêt complet. L'arrachement du véhicule est convaincant, y compris en charge, grâce au couple important disponible immédiatement. La gestion électronique du moteur de 90 kW permet à l'Electron II d'accélérer vivement sans trop « taper » dans la batterie. Une vraie réussite. En mode éco, les accélérations sont moins vives (malgré la fonction kick_down qui permet de retrouver toute la puissance) et la récupération d'énergie encore plus importante. En revanche, l'absence de bruits et de vibrations en provenance du compartiment moteur fait que les bruits de roulement des pneumatiques ou en provenance de l'espace de chargement, habituellement inaudibles, sont omniprésents. La conduite est très facile, le confort bien préservé et l'Electron II, grâce à son centre de gravité extrêmement bas, permet de passer en courbe avec une très belle stabilité. La vitesse est volontairement bridée à 90 km/h mais l'Electron II peut y parvenir rapidement et s'y maintenir avec aisance. UNE VRAIE RÉUSSITE La prise en main de l'Electron II confirme le savoir_faire de Gruau en matière de véhicule électrique et sa volonté d'élaborer un vrai VUL, carrossable à volonté. La réalisation est parfaitement maîtrisée et l'agrément de conduite réel. Seul un prix de vente élevé (à partir de 59 000 € HT avec location des batteries entre 290 et 450 € par mois ou à partir de 79 000 € HT avec la batterie) vient ternir ce très joli tableau. GUILLAUME GENESTE FICHE TECHNIQUE GRUAU ELECTRON II Autonomie : 268 km norme NEDC maxi (avec pack 58 kWh) Type de moteur : Synchrone Puissance : 90 kW, soit un peu plus de 120 ch Couple maxi : 220 Nm dès 0 tour/minute Type de batterie : LFP (lithium ion phosphate fer) Puissance batteries : 3 niveaux de capacités disponible : 38 / 51 et 58 kWh Refroidissement liquide du moto_contrôleur Prise de recharge de type 2 dans la calandre Temps de recharge : 2 à 3 heures avec chargeur haut rendement 22 kW ; 5 à 7 heures avec borne 11 kW Versions : base Ducato (fourgon et châssis simple ou double cabine et plancher cabine) M/ML/L/XL, en trois hauteur (H1/H2 et H3). GRUAU : SOUS TENSION DEPUIS LONGTEMPS Les ambitions de Gruau, en matière de véhicule électrique, ne sont pas feintes. Patrick Gruau, président du carrossier_constructeur, souhaite « Faire de Gruau le multi_spécialiste de l'utilitaire électrique à l'image de ce que nous avons réussi à faire avec la carrosserie des VUL. » L'expérience de Gruau en matière de véhicule électrique est certaine puisque c'est en 1996 que Gruau, en partenariat avec Ponticelli, réalise deux minibus pour la commune de Montmartre. La rédaction du cahier des charges du premier véhicule électrique remonte à 2001 et le lancement du Microbus électrique de 2006. Gruau va plus loin dès 2011 avec le lancement de l'Electron I, un VUL 100 % électrique sur base de Ducato, développé en partenariat avec CTE Microvett. C'est aussi le Fiat Ducato qui sert de base à l'Electron II mais, cette fois_ci, avec une chaîne de traction et un développement 100 % maison. L'Electron II peut aussi être adapté au transport de personnes à mobilité réduite. La prise de recharge de type 2 est dans la calandre. Photos DR HEPPNER EXPÉRIMENTE L'ELECTRON II À STRASBOURG Dans le cadre de sa démarche éco_responsable et de livraison du dernier kilomètre «propre», le logisticien Heppner s'est associé à Gruau pour expérimenter un Electron II en conditions réelles. Cette expérimentation confirme la volonté du groupe de messagerie Heppner d'aller vers une mobilité éco_responsable.