presentationequipeabonnementboutiquepubContact

Rechercher dans nos brèves :


Mise en ligne le 01/04/2020 17:38:43 Référence : 50323

Carrosserie industrielle

Interview exclusive : Patrick Cholton, Président de la Fédération Française de Carrosserie : « Nous sommes face à une urgence stratégique »

A la tête de la Fédération Française de Carrosserie, Patrick Cholton revient sur la période de crise sanitaire que nous traversons, sur les actions mises en place par la FFC pour venir en aide à ses adhérents et sur la sensibilisation des pouvoirs publics à l'importance de la filière dans la vie économique, en attendant une future reprise des activités.

Depuis la décision de mise en confinement de la population par le gouvernement, la FFC est restée discrète dans les médias ; comment expliquer cela ?

Patrick Cholton : « A la FFC, nous avons volontairement choisi, dès les premiers jours du confinement, de nous concentrer sur nos adhérents et sur les problèmes de la filière. Chaque jour, nous avons relayé auprès de tous nos adhérents en temps réel toutes les informations inhérentes aux mesures sanitaires, économiques et financières mises en place par le gouvernement. Nous avons répondu et nous répondons encore à toutes les demandes de nos adhérents. Nous sommes là pour cela. D'ailleurs, le standard téléphonique de notre service Expert, qui comprend notamment des spécialistes des questions fiscale, sociales et juridiques, est saturé. Mais, les adhérents se déclarent satisfaits des informations que nous leur fournissons et que nous allons continuer à leur fournir. Dès que nous avons connaissance d'un nouveau décret, nous le relayons et expliquons comment agir en conséquence dans les entreprises ».

Quel rôle joue la filière dans le maintien de l'activité économique de la société ?

Patrick Cholton : « Nous sommes face à une urgence stratégique. La filière joue un rôle essentiel en cette période en assurant le transport et l'approvisionnement des commerces d'alimentation, des hôpitaux, le transport des malades, le ramassage des ordures... Les crises majeures, comme celle que nous traversons, permettent de révéler l'importance du transport routier. Il faut rendre hommage aux transporteurs et aux chauffeurs qui assurent leur mission malgré les risques encourus. La proportion de marchandises livrées par le transport routier est actuellement d'environ 98 % ; les camions et les véhicules utilitaires légers sont plus que jamais nécessaires à la société. Par ailleurs, les équipementiers, les carrossiers-constructeurs et les carrossiers réparateurs ont aussi un rôle important au travers de l'entretien et de la réparation des véhicules. Notre objectif est avant tout de lutter contre la pandémie en phase avec les directives gouvernementales de confinement. Il faut malgré tout qu'un minimum d'entreprises du secteur soient ouvertes pour assurer l'assistance aux transporteurs qui roulent, aux véhicules d'intervention, aux ambulances et à tous ceux qui doivent assurer leur travail au quotidien. Les constructeurs de poids lourds souhaitent que les ateliers et les carrossiers-constructeurs puissent assurer une continuité dans le service ».

La Fédération a aussi un rôle d'intermédiaire avec le gouvernement. Qu'en est-il actuellement ?

Patrick Cholton : « Un courrier officiel vient d'être adressé à six Ministres. Tout en rappelant notre attachement aux respects des directives gouvernementales et aux valeurs citoyennes, nous leur avons aussi adressé des demandes particulières en attirant leur attention sur certains points. Comme le fait que suite aux annonces du gouvernement sur la mise en place du chômage partiel, au niveau régional et local les choses ne sont pas encore toujours effectives. Concernant les masques de protection, nous avons fait une demande afin qu'une plate-forme web soit mise en place pour permettre aux entreprises de la filière d'accéder à une partie des masques commandés par l'Etat. Ces masques sont indispensables pour assurer la protection des collaborateurs des entreprises de la filière qui poursuivent leur activité et apportent ainsi l'assistance nécessaire aux professionnels de santé, au monde du transport. Il faut que les entreprises de la filière puissent disposer de masques, de gel hydroalcoolique, de gants. Nous sommes la locomotive du soutien aux professionnels indispensables à l'économie de crise dans laquelle nous sommes actuellement. Ce courrier demande aussi au gouvernement d'assurer l'ouverture des aires de repos pour les routiers et un accès plus facile aux plateformes logistiques sans, bien entendu, soumettre les collaborateurs à des risques de contamination par le Covid-19 ».

La FFC a donc plus que jamais un rôle fédérateur...

Patrick Cholton : « Les choses ne seront certainement plus jamais comme avant suite à cette crise sanitaire. L'humain va reprendre une place prépondérante dans les pensées et dans les modes de fonctionnement des entreprises. Il faut être plus que jamais orienté vers le terrain. Je pense qu'il faut avoir davantage d'ouverture d'esprit et arrêter d'avoir des arrières pensées carriéristes ou politiques. La FFC est ainsi en discussion avec d'autres fédérations pour les appeler à une mobilisation générale nécessaire pour mener à bien cette guerre comme l'a appelé le Président de la République.

Pouvez-vous faire un point concernant la part des entreprises de la filière à l'arrêt ?

Patrick Cholton : « Chez les carrossiers-constructeurs, environ 50 % des entreprises sont à l'arrêt total. Ce qui signifie aussi que la moitié d'entre eux travaille au soutien des personnes assurant le fonctionnement actuel de l'économie. Nous avons fourni pendant les deux premières semaines toutes les informations nécessaires pour respecter les directives sanitaires pour ceux qui souhaitaient poursuivre leur activité et celles liées à leurs droits et les aides mises en place pour ceux qui souhaitaient arrêter. Actuellement, beaucoup de dirigeants veulent reprendre un minimum d'activité afin d'assurer une relance la plus efficace possible dès que cela sera possible. Il y a encore beaucoup d'entreprises qui s'approvisionnent en Chine et les stocks se sont logiquement appauvris. Même si la production ne s'est pas arrêtée ou a repris en Chine, les délais d'approvisionnement sont longs, environ 3 mois. Il faut prendre cela en compte. Et, jusqu'à présent, la solution souvent usitée en cas de pénurie de pièces provenant de Chine était de se tourner vers l'Italie ce qui est impossible actuellement. Cette crise aura des effets et beaucoup de produits vont certainement de nouveau être fabriqués en Europe dans le futur.

Dans quelles conditions pourra se faire le redémarrage des entreprises ?

Patrick Cholton : « Il y aura forcément des dégâts et certaines entreprises du secteur auront plus de mal que d'autres à repartir. Il faudra, dans tous les cas, faire extrêmement attention aux problèmes de trésorerie nécessaire pour la remise en route de la production. Nous travaillons avec les sociétés d'assurance contre les pertes financières et d'exploitation comme la Coface pour les sensibiliser aux besoins des entreprises du secteur. Le système de crédits mis en place par le gouvernement en partenariat avec la BPi fonctionne bien. Si on met en place tout de suite une œuvre collective, il sera possible de redémarrer dans de meilleures conditions. La crise de 2008 nous a permis d'acquérir de l'expérience en la matière et les nouvelles technologies comme l'impression 3D pourra permettre d'aider à la production de petites séries et donc à une relance de la production plus rapide. Le gouvernement sait pertinemment qu'un arrêt brutal de l'économie entraînerait une remise en route très très longue et que nous n'en n'avons pas les moyens. Nous espérons que cette crise aura le moins de conséquences humaines et économiques possibles et que la filière pourra en sortir renforcée ».

 Reproduction autorisée avec mention Carrosseriemagazine.com

 Envoyer cette brève

  Commentaires

  Recevoir notre Newsletter

> CONSTRUCTEURS
Ils seront tous là !
Solutrans 2019 se tiendra du 19 au 23 novembre à Lyon Eurexpo. Ce rendez-vous incontournable de la filière des véhicules industriels sera « Le plus ... +

> RENAULT CLIO
Une Clio plus techno
La Clio V inaugure une toute nouvelle plate-forme capable d’accueillir les dernières assistances à la conduite. De quoi réviser ses méthodes de ... +

> ÉVÉNEMENTS
Au cœur de l’innovation et de l’emploi
Que serait une filière sans les hommes ? Solutrans propose lors de cette édition 2019 un Forum Emploi, lieu de rencontre entre recruteurs et ... +

> IVECO S-WAY
Une nouvelle voie
Le Stralis a vécu : place au S-Way, premier modèle de la nouvelle génération pour le constructeur italien. Pour donner naissance à son S-Way, Iveco a ... +

> SALON
Le plein de nouveautés
Comme à chaque édition, Solutrans sera l’occasion de découvrir de nombreuses nouveautés et innovations dans le domaine de la carrosserie ... +

> MERCEDES-BENZ ACTROS - AROCS PHASE 2
Demain c’est déjà aujourd’hui
A l’occasion du premier restylage de cabine de ses Actros et Arocs, Mercedes-Benz a mis les petits plats dans les grands et développé un camion à la ... +

> EQUIP AUTO
Chronique d’un succès annoncé
L’édition 2019 d’Equip Auto, qui aura lieu au Parc des Expositions de la Porte de Versailles du 15 au 19 octobre, s’annonce comme ... +

> VOLKSWAGEN T-CROSS
Taille mini, résistance maxi
Avec sa nouvelle plateforme, le T-Cross n’est pas le plus souple de SUV. Tôles à ultra-haute limite élastique et multiplexage généralisé imposent une ... +

> CARRIER TRANSICOLD
Le monde du froid
C’est Willis Carrier qui, à l’aube du XXème siècle, a inventé la climatisation. Aujourd’hui, Carrier Transicold est un incontournable du monde des ... +

> OPTIMA SYSTEM
L’aménagement VUL 100 % français
La société Optima est spécialisée dans la fabrication et l’installation de mobilier métallique pour utilitaires. Entreprise familiale, elle élabore ... +

> SOLUTRANS 2019
La vitrine du transport du futur
Rendez-vous incontournable de la filière de la carrosserie industrielle et du transport routier, l’édition 2019 de Solutrans sera placée sous le ... +

Année