presentationequipeabonnementboutiquepubContact

CARROSSERIE > N°744 > Novembre - Décembre 2021 Carrosserie automobile Dossier CABINE DE PEINTURE Toujours essentielle à l'atelier La cabine de peinture reste toujours un élément essentiel de l'atelier de carrosserie. Cependant, comme tous les autres équipements du carrossier, la cabine de peinture évolue sur fond de respect de l'environnement et du smart-repair. La cabine de peinture est un élément essentiel de l'atelier de carrosserie. D'ailleurs, il convient de bien réfléchir à son implantation afin de garantir une productivité optimale en évitant, par exemple, les nombreux mouvements des voitures à réparer. Bien entendu, les fabricants de cabine sont à même de proposer des études d'implantation afin d'optimiser le rendement de l'atelier tout en garantissant au carrossier le respect des normes de construction et environnementales qui se font de plus en plus lourdes. Pour Lionel Rodrigues, directeur de la division Automobile d'Omia, « Le critère de choix d'une cabine de peinture est principalement basé sur la typologie et les dimensions des véhicules à traiter ou des éléments à peindre à l'intérieur de cet équipement. L'implantation est étudiée en fonction du bâtiment et des portes d'accès. Les équipements sont généralement disposés dans l'ordre et le séquençage des opérations à réaliser : Démontage/ Redressage/Préparation des surfaces/ Mise en peinture et puis le Remontage. Depuis quelques années maintenant nous passons de plus en plus sur des flux traversants, surtout avec l'arrivée des cellules de carrosserie monoposte (Full Repair) ou double poste (Twin Repair) pour les travaux rapides. Le laboratoire de préparation des peintures se trouvent le plus proche de la cabine ou de la cellule de réparation rapide pour limiter les déplacements entre cabine et laboratoire ». Chez Europa, Fabrice Jomeau explique que le choix de la cabine de peinture doit prendre en compte plusieurs éléments. Il s'agit d'un équipement volumineux et son intégration dans l'infrastructure immobilière doit être réfléchie pour un encombrement minimum, a fortiori dans une construction neuve ou les m2 construits coûtent chers. L'emplacement des appareillages doit être réduit au minimum. Les implantations avec machineries extérieures au local optimisent l'espace, suppriment les couloirs de maintenance ainsi que les interfaces avec la structure souvent difficiles à gérer (ex : traversées de toitures). Attention aussi aux puissances électriques des cabines de peinture qui, à dimensions égales, peuvent varier du simple au double en fonction des constructeurs, ainsi que toute la chaine en découle (puissance des compteurs, des disjoncteurs, section des câbles, etc.). Il convient enfin de faire attention à l'acoustique ; la règlementation impose une limite haute de 80 dba. Il convient de s'assurer au moment de l'achat de l'engagement du constructeur sur le niveau acoustique de ses équipements. Spanesi réalise aussi des projets d'implantation et de gestion des flux dans l'atelier pour optimiser l'organisation et la circulation des véhicules. Le fabricant privilégie les systèmes au sol, pour éviter les plates-formes et les rampes qui prennent du temps lors de la circulation des véhicules. Le constructeur travaille avec ses distributeurs afin de respecter les réglementations et normes locales de chaque pays, du point de vue de l'environnement mais aussi de l'opérateur à l'intérieur de la carrosserie. Chez Symach, on estime que « les critères de choix d'une cabine de peinture restent la taille de la cabine pour garantir un travail en toute sécurité et confort pour l'opérateur, une lumière suffisante et bien répartie, une ventilation présentant toutes les garanties de sécurité, une montée en température rapide synonyme d'économies, une bonne isolation thermique pour diminuer les couts énergétiques, la possibilité d'équipement de robots de séchage pour diminuer les couts d'énergie et la connectivité de la cabine, la digitalisation entrant de plus en plus dans les ateliers ». Par ailleurs, Symach est détenteur du procédé Fixline qui permet de positionner les véhicules sur des chariots qui passent de poste en poste de manière à réduire l'espace nécessaire, les mouvements des véhicules et ainsi gagner en productivité. Pour André Courtois, dirigeant de Weinmann, « Weinmann Technologies est aujourd'hui le seul équipementier à proposer une étude globale et des solutions clés en main. Ainsi, avant de parler du choix et de l'emplacement d'une (ou des) cabines de peinture, il est indispensable de maîtriser les objectifs et les contraintes du client, à savoir : les types de véhicules et les volumes à traiter ; la typologie des réparations (chocs lourds, one day repair, Remarketing VO, vitrage, etc.) ; l'emplacement et les spécificités du bâtiment (construction neuve ou bâtiment existant). Weinmann Technologies dispose d'une expertise technique pour chaque étape du projet. Nous mettons un point d'honneur à proposer les solutions les mieux adaptées aux besoins réels du client ». Chez Astra, Christian Craan, directeur commercial, a un point de vue plus simple : « Le seul critère qui devrait faire l'unanimité en matière de choix de cabine c'est de disposer de technologies avancées pour réduire les consommations énergétiques et pour protéger l'environnement ». L'environnement, un enjeu de taille D'ailleurs, l'aspect environnemental s'invite de plus en plus dans l'atelier et représente un enjeu grandissant pour tous les acteurs et intervenants dont, bien entendu, les fabricants de cabines de peinture. « La sécurité de l'opérateur les économies d'énergie et l'absence de rejet de vapeurs potentiellement polluantes seront des points de plus en plus importants » estime-t-on chez Symach. Chez Omia, aussi « le respect de l'environnement est un critère qui est pris en compte par les carrossiers. Nous avons mis en place des process en vue de réduire les consommations d'énergies (gaz et électricité). Toutes ces nouveautés sont proposées sur les équipements qui sont dotés d'automates programmables » analyse Lionel Rodrigues. Chez Astra, c'est avant tout la typologie de carrossier qui dicte son attrait pour le respect de l'environnement : « Pour les grands carrossiers qui travaillent entre 5 et 10 véhicules par jour la conscience de protection d'environnement est là et nous accompagnons ces acteurs en leur proposant des équipements qui garantissent une certaine réduction de la consommation énergétique et des émissions de polluants. En revanche, le jeune carrossier qui s'installe cherche avant tout des équipements économiques qui parfois vont au détriment du bon sens écologique. Les centres de formation devraient intégrer d'avantage ce concept écologique dans leur cursus ». Chez Spanesi, on estime que l'implantation joue dans la sensibilité du carrossier au respect de l'environnement : « Le respect de l'environnement est davantage pris en compte dans les carrosseries situées en centre-ville. Nous sommes l'un des rares fabricants à proposer des cabines entièrement électriques zéro émission ou des cabines alimentées par des batteries à eau chaude ». Chez Winemann, André Courtois se veut optimiste : « Nous assistons à un changement d'attitudes et de pratiques dans le secteur de la carrosserie automobile : l'état d'esprit des opérateurs se déplace vers davantage d'ergonomie où la recherche du bien-être professionnel est mise en avant. Dans cette même lignée, la thématique environnementale prend une place prépondérante. Il s'agit d'un critère pour lequel nous souhaitons apporter des réponses concrètes en collaborant étroitement avec les clients et leurs architectes. Notre département R & D travaille sur de nombreuses innovations allant dans le sens de la Responsabilité Sociale des Entreprises ». Le Smart Repair au cœur des préoccupations Le développement de la location longue durée et des « centres » VO expliquent en partie le développement du Smart Repair. Comment les fabricants de cabine de peinture appréhendent-ils ce phénomène ? Chez Omia, « Le développement du Smart Repair a entraîné la création de deux nouveaux équipements dédiés à ces réparations rapides : La Full Repair pour l'équipement monoposte et la Twin Repair pour l'équipement double poste. Cela incite et encourage les clients à créer en parallèle de leur activité traditionnelle un flux indépendant de réparations rapides sur un flux traversant, en leur donnant accès à une productivité supérieure » affirme Lionel Rodrigues. Europa, a lancé son concept de réparation rapide « Boss Repair » où les espaces de travail sont optimisés afin d'apporter aux opérateurs l'ensembles des ressources énergétiques au poste de travail. « Équipées de sécheurs rapides, de tables élévatrices, de postes de ponçages performants, ces enceintes de travail permettent d'augmenter la productivité pour la réparation dite rapide. Les cabines « Boss Repair » sont un complément à la cabine de peinture traditionnelle » affirme Fabrice Jomeau. Pour les réparations rapides, Symach propose la Fixstation équipée d'un robot de séchage. Toutes les opérations peuvent s'y réaliser sans bouger le véhicule, sans montée en température de la cabine. Cette cabine qui peut s'installer sans génie civil ce qui permet d'augmenter la capacité de la carrosserie sans perturber le flux habituel des réparations. Selon les responsables de Spanesi, « Le Smart Repair représente aujourd'hui la majorité des réparations. Nous donnons une grande importance aux zones de préparation où peuvent être effectuées de nombreuses opérations. Ces zones comprennent une table élévatrice et une lampe infrarouge pour un travail confortable et rapide ». André Courtois a une vision très précise du Smart Repair : « Les chocs urbains et les petites réparations (retours loueurs, VO, etc.) sont en forte hausse et deviennent la cible de nouveaux acteurs. Ils font l'objet de nouveaux process de réparation et ne peuvent plus être traités de manière artisanale. Ils nécessitent des équipements, des process et des formations spécifiques. Notre concept « One Day Repair » I-Line dans sa conception « Duo » (deux opérateurs en simultané) permet de réaliser toutes les opérations de carrosserie rapide dans un minimum d'espace et un maximum d'ergonomie, d'automatisme et de confort. La toute dernière génération I-Line permet notamment de suivre en temps réel depuis son ordinateur et/ou son smartphone les indicateurs tels que : le taux de charge, le taux d'occupation, la productivité et la consommation d'énergie ». La digitalisation globale de l'atelier représentant sans aucun doute la prochaine évolution dans l'atelier de carrosserie.