presentationequipeabonnementboutiquepubContact

CARROSSERIE > N°743 > Octobre 2021 Carrosserie automobile - Salon AUTOMECHANIKA Une édition de transition Après une suspension forcée de 18 mois pour cause de crise sanitaire, le Salon Automechanika de Francfort s'est déroulé du 14 au 16 septembre sous une forme mixte (en physique et à distance). Finalement, et en attendant la prochaine édition prévue pour septembre 2022, le Salon de l'après-vente Automechanika de Francfort s'est tenu du 14 au 16 septembre dernier. Ce sont 388 exposants qui ont participé à cette édition qui associait le physique et le digital. Selon les organisateurs, 53 % des visiteurs étaient présents physiquement. Environ 10 000 « visiteurs » provenant de 70 pays ont participé aux trois jours de salon. Les deux-tiers des participants ont profité des solutions digitales proposées, dont des conférences en ligne, des entretiens vidéo... La plateforme digitale a enregistré environ 25 000 connexions. Les différents thèmes abordés à l'occasion de cette édition 2021 d'Automechanika étaient très variés dont, les services et la mobilité du futur (véhicules électriques) ; le lavage ; diverses tables rondes sur les ateliers ; l'impression 3D ; le reconditionnement VO ; l'atelier du futur 4.0. Les exposants et visiteurs peuvent voir (ou revoir) les présentations vidéo jusqu'au 30 septembre sur la plate-forme digitale. La prochaine édition du salon Automechanika se tiendra du 13 au 17 Septembre 2022. L'avenir de la réparation automobile Certains exposants (en physique ou en digital) ont profité de cette édition 2021 pour présenter leurs nouveautés, principalement autour des nouvelles mobilités et des ADAS, ou leur vision de l'avenir de l'après-vente. C'était notamment le cas de Bosch, de Sogefi et de ZF Aftermarket. Bosch Bosch a présenté, dans le cadre d'Automechanika Digital Plus, ses nouvelles solutions en matière de diagnostic et de calibration des ADAS. Les nouveaux tapis de calibration permettent le réglage des caméras arrière et pour la vision à 360°. Ces tapis prennent place le long du véhicule ; ensuite, il suffit de procéder à la calibration via l'appareil de diagnostic Bosch KTS ou d'un autre capable de réaliser ces opérations. Ces tapis utilisent la technologie de positionnement 3D Bosch DAS 3000 pour garantir une installation plus précise et une calibration optimale. Pour faire face au développement des lidars, Bosch a développé une cible de calibration spéciale pouvant être installée sur son dispositif de calibration DAS 3000. Selon l'endroit où les capteurs lidar sont positionnés sur le véhicule, la cible peut être réglée à n'importe quelle hauteur, entre 300 et 800 millimètres. Pour régler cette hauteur, Bosch préconise l'utilisaton du module de mesure laser GLM 120/150. Ce dernier peut aussi permettre le réglage de l'angle de tangage et de roulis. L'équipementier allemand a aussi dévoilé une nouvelle fonction de son logiciel de diagnostic ESItronic 2.0 qui permet un accès aux données protégées du véhicule. Grâce à un identifiant, les réparateurs peuvent accéder aux fonctions protégées et ainsi intervenir sur le véhicule sans avoir à créer un compte chez le constructeur. Bosch a également apporté sa vision de l'après-vente du futur avec une part importante des nouvelles assistances à la conduite, la connectivité et les nouvelles mobilité. Selon les dirigeants de l'équipementier allemand, « L'électromobilité fera partie de notre cœur d'activité et la mobilité décarbonée deviendra un secteur porteur. Les voitures électriques représenteront 60 % des nouvelles immatriculations à travers le monde à l'horizon 2035. » Les modes de « consommation automobile » vont aussi changer profondément avec la conduite autonome, dont tous les niveaux reposent sur l'assistance au conducteur. Les ventes du secteur d'activité des Solutions pour la mobilité de Bosch devraient ainsi progresser de 10 % cette année. Bosch investit à la fois dans les groupes motopropulseurs à batterie et à pile à combustible, et participe à des projets aux côtés de clients en Chine ainsi qu'aux Etats-Unis et en Europe. Les premiers camions équipés de la technologie Bosch circulent déjà sur les routes chinoises. Concernant la mobilité électrique Bosch a présenté au Salon Automechanika un nouveau câble de recharge flexible pour voitures électriques doté d'une technologie de contrôle et de sécurité intégrée ainsi que d'adaptateurs pour prises de type 2 et prises électriques domestiques. Même en cas de recharge sur une prise de 230 volts, ce câble peut se passer de l'habituel boîtier de contrôle intégré au câble, pesant ainsi moins de 3 kg, soit plus de 40 % de moins que les câbles de recharge classiques dotés d'un boîtier de contrôle. Le service de recharge de Bosch basé sur Internet donne accès aux utilisateurs de véhicules électriques à plus de 200 000 points de recharge en Europe, avec des modalités de paiement d'une grande simplicité. Du côté de la conduite autonome, autre grand bouleversement à venir du secteur du transport et de l'automobile, la gamme de produits et prestations Bosch comprend tous les composants de la conduite autonome. Plus de 5 000 ingénieurs Bosch travaillent au développement de tous les niveaux de la conduite autonome. Cela inclut non seulement des fonctions avancées d'assistance au conducteur, lui permettant par exemple de ne pas garder les mains sur le volant, mais aussi des fonctions de conduite totalement sans conducteur, qui sont d'ores et déjà possibles grâce à Bosch. Le service de voiturier automatique des partenaires Bosch et Mercedes-Benz a obtenu l'autorisation des autorités pour une exploitation en série dans un des parcs de stationnement de l'aéroport de Stuttgart. Un millier d'autres parcs de stationnement devraient suivre d'ici 2025. Bosch voit aussi dans l'automatisation de la conduite une évolution vers un renforcement de la sécurité routière. A l'avenir, les logiciels joueront un rôle essentiel. Chez l'équipementier allemand, près d'un collaborateur sur deux travaillant en recherche et développement dans le secteur d'activité des Solutions pour la mobilité est un développeur de logiciels. Sogefi De son côté, Sogefi a présenté un nouveau filtre d'habitacle « CabinHepa+ ». Selon le fabricant, ce filtre est le premier à avoir un pouvoir filtrant permettant la filtration de particules de la taille d'un virus. Le média filtrant retiendrait ainsi jusqu'à 99,97 % des particules de 0,3 micron grâce à une technologie habituellement employée dans le secteur médical ou de l'aérospatial. Cette nouvelle gamme CabinHepa+ comprend, dès son lancement, 66 références, couvrant 170 millions de véhicules à travers l'Europe, soit environ les deux tiers du parc circulant équipé de filtres d'habitacle. ZF Aftermarket Quant à ZF, l'équipementier a profité du salon Automechanika pour dévoiler sa vision de l'après-vente automobile dans le futur proche et dans laquelle les solutions digitales prennent une place de plus en plus importante, « aussi importante que la technologie automobile classique ». Cette nouvelle offre « Next Generation Aftermarket » s'articule autour des cinq technologies de base qui façonneront le futur marché de la mobilité sous l'acronyme « CASES » : Connected, Autonomous, Shared, Electric and Sustainable (Connecté, Autonome, Partagé, Électrique et Durable). Concernant la conduite autonome, le marché des véhicules dotés de modes de conduite semi-autonome pour la plupart est en plein développement et devrait encore s'intensifier dans les années à venir. Des véhicules qui font largement appel à divers capteurs et systèmes électriques et électroniques de contrôle et de calcul. Sans oublier les échanges d'informations permanents avec le réseaux et même, plus tard, d'autres véhicules. Les actuels véhicules autonomes de transport de personnes pourraient servir de modèle pour les futurs véhicules (voitures particulières, véhicules utilitaires et poids lourds). Ces véhicules nécessiteront une prise en charge spécifique pour leur entretien notamment au niveau informatique (avec des services tels que le contrôle intelligent de la flotte, la maintenance prédictive et les mises à jour « over-the-air »). Les professionnels de la maintenance des véhicules vont devoir aussi s'approprier la maintenance préventive et prédictive des véhicules qui est, elle aussi, appelée à se développer dans les années à venir. ZF, qui entend se positionner en tant que « one stop shop » propose divers pièces détachées pour ces véhicules et prestations : capteurs, systèmes d'aide à la conduite et des transmissions électriques, ainsi que des services logiciels, des services de maintenance et de réparation préventifs et prédictifs. Et, suite à la récente acquisition de Wabco, ZF est désormais en mesure de proposer des produits et services dédiés aux véhicules industriels. L'équipementier a aussi proposé des sessions de formation sur des sujets tels que les systèmes d'aide à la conduite ou la haute tension dans le cadre du « ZF Aftermarket Live », la plateforme digitale de ZF en ligne dans le cadre d'Automechanika Digital Plus. Concernant les véhicules électriques et le respect de l'environnement, face à a croissance soutenue du marché des véhicules hybrides et électriques (qui devrait encore s'accélérer dans les mois et années à venir suite aux différentes annonces faites par les constructeurs), les réparateurs vont devoir s'adapter et se former pour pouvoir intervenir sans danger sur ces véhicules. Car, sans formation appropriée, les techniciens ne sont pas autorisés à toucher un véhicule électrique ou hybride ; une règle qui s'applique même à des travaux d'entretien simples sur des composants classiques de ces véhicules. ZF Aftermarket entend profiter de son statut d'équipementier de premier rang pour proposer une large gamme de composants dès le lancement des nouveaux modèles. Enfin, outre la limitation de consommation de carburant que permettent les produits et services de ZF Aftermarket, l'équipementier œuvre en faveur de la neutralisation des émissions de CO2 en réduisant ainsi les émissions de CO2 à toutes les étapes et tous les processus de production. Quant au remanufacturing, il permet de réduire les besoins en matériaux jusqu'à 90 % par rapport à la fabrication d'un produit neuf tout en nécessitant jusqu'à 90 % d'énergie en moins.